Identifiant :   Mot de passe : S'inscrire

ARCHIVES : Octobre 2015

Mercredi 7 Octobre 2015

Journée de mobilisation interprofessionnelle 8 Octobre 2015

CGT, FSU, Solidaires, UNEF et UNL appellent à une nouvelle journée de mobilisation interprofessionnelle le 8 octobre 2015

Manifestation à Paris 14h00 de République à Nation
ENSEMBLE, UNIS, DANS L'ACTION POUR NOS REVENDICATIONS
Le gouvernement français déroule une politique d'austérité insupportable qui remet en cause notre modèle social assis sur l'égalité, la justice et la solidarité, cédant ainsi aux pressions des puissances financières, au MEDEF et aux injonctions de Bruxelles.
Accompagnées par une bataille idéologique inédite, les politiques pour l'emploi se traduisent trop souvent par des mesures de régression qui impactent tous les salariés. De la loi Macron à la loi Rebsamen, du refus de toute augmentation des salaires à la baisse du livret A, du flicage des chômeurs à la menace sur le financement des contrats aidés, etc....., c'est un avenir bien sombre pour les travailleurs s'ils ne se mobilisent pas.
Les organisations syndicales nationales CGT, FSU, Solidaires, l'UNEF, UNL, réaffirment leur volonté de contribuer au renforcement des mobilisations et à leurs convergences, dans un cadre unitaire le plus large possible.
Elles appellent à une journée de mobilisation interprofessionnelle le 8 octobre prochain autour d'une plateforme commune pour :
-Augmenter les salaires, les retraites, les minimas sociaux et le point d'indice des fonctionnaires ; - Promouvoir l'égalité salariale femmes / hommes ; - Améliorer les conditions de travail et réduire le temps de travail pour créer des emplois, combattre et réduire le chômage ; - Pérenniser et améliorer les garanties collectives ; - Pérenniser et améliorer la protection sociale, les retraites complémentaires, pour garantir les droits à la santé et à la retraite ; - Développer les investissements pour relancer l'activité économique en tenant compte des impératifs écologiques ; - Conforter et promouvoir les services publics.

Dans ce contexte incertain, des résistances s'organisent, des luttes sociales pointent dans l'actualité. Faisons de ce 8 octobre une journée de mobilisation pour les revendications salariales. Elle vise à faire entendre la nécessité de créer des emplois, d'améliorer le pouvoir d'achat, de conforter la protection sociale?

Dans nos entreprises aussi nous avons des revendications à porter sur les horaires de travail, sur les effectifs, sur le respect des salariés, sur les attentes salariales?
Il n'y a aucune raison d'accepter une politique :
- qui sacrifie des dizaines de postes au CIC et à CCS,
- qui sacrifie la vie privée et familiale au nom d'un dogme de changement d'horaires dans les agences,
- qui bloque les augmentations malgré le travail des salariés et ne prend pas en compte les résultats du Groupe.
Menons le débat tous ensemble, prenons conscience de la force que nous représentons quand nous nous rassemblons pour nous faire entendre.
Uni-e-s et rassemblé-e-s, nous sommes plus forts pour nous faire entendre, pour gagner sur nos revendications.

Vous ne voulez pas en rester là !
Ensemble, dans le syndicat, nous serons plus forts.
ENSEMBLE, UNIS, DANS L'ACTION POUR NOS REVENDICATIONS

Commentaires (0)

Lundi 19 Octobre 2015

ça ne PASCHE pas !!!


Depuis plusieurs années la situation de la Banque PASCHE a fait l'objet d'interrogations de la part des élus. Fin juillet encore, un élu CGT interpellait M. Fradin en CE, sur ce sujet.
Depuis des années la réponse a toujours été la même ; la Banque PASCHE est une sous filiale du Groupe CIC. Les audits n'ont rien montré. Nous avons cédé la Banque PASCHE. Les journalistes sont des affabulateurs. Les lanceurs d'alerte sont des salariés licenciés qui veulent nous « racketter » pour reprendre le mot plein d'élégance de LUCAS.
L'émission « Pièces à conviction » diffusée le 7 octobre 2015 en toute fin de soirée, sur France3 a démontré une autre réalité et fut accablante. Les éléments fournis par les journalistes étayent sérieusement la possibilité d'actes permettant de l'évasion fiscale orchestrée par la Banque PASCHE (dont 2 dirigeants ont désormais des comptes à rendre à la justice) avec comme chef d'orchestre un appui financier de Sarkozy.
C'est vrai que le reportage, est à charge contre notre Groupe, mais il ne s'appuie pas que sur des suppositions et allégations. Le reproche qu'on peut lui faire c'est peut-être de ne pas avoir creusé plus du côté des responsables actuels ou anciens de la Lyonnaise dont la Banque PASCHE était la filiale? Parler du CMCIC est sans doute plus vendeur?
Le fait que LUCAS soit intervenu auprès de son « pote » BOLLORÉ pour empêcher la diffusion sur CANAL+ est une circonstance qui aggrave le doute sur le fait qu'il ignorait que des évènements sans rapport avec les valeurs du Groupe s'y déroulaient?
Car après tout, les dirigeants du Groupe pouvaient apporter leurs explications dans ce reportage si comme ils l'ont affirmé dans le communiqué interne : tout a été passé au peigne fin et que rien n'a été mis en évidence?
Reste que ce qu'a révélé ce reportage ne passe pas. Le malaise parmi les salariés qui l'ont vu est palpable. Et il est urgent que les dirigeants du Groupe fassent toute la lumière sur ces affaires et que le Groupe et ses salariés retrouvent leur place dans les référents de probité affichés vis-à-vis de leurs clients et sociétaires des référents qui nous rendaient un peu plus fiers d'y travailler.

Commentaires (0)

- Retour -

L'ensemble des articles, photos et vidéos publiés sur ce site sont protégés par les lois relatives aux droits de la propriété industrielle et/ou intellectuelle et n'appartiennent qu'à leurs auteurs.

Le syndicat