Identifiant :   Mot de passe : S'inscrire

ARCHIVES : Mars 2015

Vendredi 6 Mars 2015

8 MARS - Journée internationale des droits des femmes













8 mars, journée internationale de lutte pour les droits des femmes
En 2015, les femmes gagnent toujours un salaire de 27% inférieur à celui des hommes et touchent une pension de retraite de 40% plus faible. Pourtant, contrairement au fatalisme entretenu, l'égalité professionnelle peut être mise en place très rapidement. Pour cela, le patronat doit cesser de bloquer toutes les négociations sur l'égalité et les pouvoirs publics doivent avoir une action résolue, dans la durée.
La CGT interpelle le patronat et le gouvernement : la crise ne saurait justifier le maintien des inégalités, il est inacceptable de sacrifier les femmes sur l'autel de l'austérité !
8 chantiers prioritaires permettraient de faire de l'égalité une réalité :
1/ La revalorisation des métiers à prédominance féminine avec des classifications non-discriminantes. Après un an de réunion, le groupe paritaire chargé d'élaborer une méthodologie pour évaluer les classifications n'a toujours pas rendu sa copie du fait du blocage du patronat. Garantir un salaire égal pour un travail de valeur égale est pourtant une obligation légale depuis 1972 en France, de nombreux pays européens avancent sur le sujet (Portugal, Belgique, Grande-Bretagne?), la France sera-t-elle le mouton noir de l'Europe ?
2/ La lutte contre les temps partiels, qui sont occupés à 80% par des femmes. Le seuil minimal de 24h prévu par la loi dite de sécurisation de l'emploi est virtuel : 46 branches (soit 75% des branches qui comptent plus d'un tiers de salariés à temps partiel) ont adopté un accord dérogeant à cette durée minimale ?dont certains la réduisant à 2h hebdomadaire-. En outre, cette durée ne s'applique que pour les nouvelles embauches. La CGT exige d'urgence un bilan et de nouvelles mesures, comme le renchérissement du coût des emplois à temps partiels.
3/ Les sanctions ne doivent pas seulement être liées à l'obligation d'ouvrir des négociations, mais à celle de conclure des accords d'entreprise et à la suppression effective des écarts. Les entreprises qui discriminent ne doivent plus avoir accès aux exonérations fiscales et sociales.
4/ La mise en place d'une action de groupe permettant de lutter efficacement contre les discriminations dans l'emploi et le travail et d'obtenir des réparations intégrales des préjudices.
5/ La mise en place d'outils de mesure et de lutte contre les discriminations sur la carrière. Prévus par la loi pour l'égalité réelle, ils ne sont pas encore effectifs faute de décret d'application.
6/ L'augmentation du nombre de places en crèche ne peut être sacrifiée sur l'autel de l'austérité. En 2013, seules 14 000 nouvelles places d'accueil ont vu le jour alors que le gouvernement s'est engagé à en créer 55 000 par an. Cette situation très grave remet en cause le droit au travail des femmes, notamment des plus précaires !
7/ La lutte contre le sexisme et la violence au travail, avec des mesures pour prévenir les agissements sexistes et protéger les femmes victimes.
8/ L'État doit être exemplaire et appliquer le principe « salaire égal pour un travail de valeur égal », dans la concertation de la Fonction publique sur les parcours professionnels, carrières et rémunérations.
L'égalité est inscrite dans la Constitution française et pourtant elle reste virtuelle. Nous devons lutter pour qu'elle devienne réelle pour toutes les femmes et les hommes. Et d'ailleurs, l'Etat doit être exemplaire en la matière. Or si le gouvernement affiche une politique volontariste en matière d'égalité, concrètement les inégalités et les discriminations perdurent voire s'accentuent. En même temps, cette dégradation n'est pas étonnante tant les politiques d'austérité aggravent les inégalités : réforme sur les retraites, gel des salaires, réduction du nombre des fonctionnaires, fermeture de service? Ce sont les femmes qui ont les pensions les plus basses, les salaires les plus faibles, qui sont en situation de grande précarité.
Le rapport annuel 2014 dans la fonction publique confirme bien ces inégalités : des écarts de rémunérations toujours au désavantage des femmes ; une sous-représentation des femmes aux postes d'encadrement supérieur ; un déroulement de carrière beaucoup moins linéaire (interruption, temps partiel?) ; une précarité importante chez les femmes (la majorité des non titulaires est composée de femmes)?
C'est pourquoi la CGT appelle les salarié-es à se mobiliser contre les inégalités femmes/hommes au travail !
La lutte contre les inégalités se construit tous les jours !
Le 8 mars est l'occasion de le rappeler à l'occasion de la journée internationale de lutte pour les droits des femmes !



Commentaires (0)

Mardi 10 Mars 2015

Journée d'action du 9 avril 2015

La CGT du CIC IDF appelle tous ses syndiqués à se mobiliser pour faire entendre leurs revendications

LOI MACRON :
LE GOUVERNEMENT PASSE EN FORCE POUR FAIRE RECULER LES DROITS DES SALARIÉS !
A NOTRE TOUR DE REAGIR !!!
Le gouvernement a fait le choix, pour la première fois depuis 2006 et le Contrat Première Embauche, de recourir à l'article 49-3 pour faire passer le projet de loi Macron sans vote à L'Assemblée Nationale. L'impossibilité du gouvernement à faire voter un tel texte constitue un sérieux échec. La prise de conscience des députés sur les arguments, notamment apportés par la CGT, est une première étape dans une dynamique pour les salariés, que nous devons amplifier. En effet, le projet de loi Macron donne plus de liberté au patronat et à la finance et moins de droits pour les salariés :
- La déréglementation des licenciements
- La casse de la justice prud'homale
- La banalisation du travail du dimanche

ET AU CIC :
Les conséquences de cette politique néfaste prennent de l'ampleur au CIC. Après le cas par cas prêché par M. BAAL, la direction cherche désormais à accélérer sur le dossier des modifications d'horaires des agences. Lors du dernier Comité d'Entreprise M. BELLEMARE (responsable DRH)a proposé la mise en place d'un groupe de travail sur ce thème avec les organisations syndicales afin (dit-il) de lever au plus vite les réticences !...
Au menu pour tous les salariés une ou deux nocturnes par semaine, ou des équipes travaillant 6 jours sur 7 !

NOUS AVONS TOUTES LES RAISONS DE PARTICIPER À LA JOURNEE DU 9 AVRIL !
TOUS ENSEMBLE EN GRÈVE ET DANS L'ACTION POUR DIRE NON À MACRON ET OUI AU PROGRÈS SOCIAL !
MONTRONS A LA DIRECTION QUE LES SALARIES DU CIC SONT PRÊTS À SE MOBILISER POUR PRESERVER LEUR CONDITIONS DE TRAVAIL !

Commentaires (0)

- Retour -

L'ensemble des articles, photos et vidéos publiés sur ce site sont protégés par les lois relatives aux droits de la propriété industrielle et/ou intellectuelle et n'appartiennent qu'à leurs auteurs.

Le syndicat